Coaching Judiciaire

Voici un service d’aide qui se situe entre la thérapie et l’évaluation psycholégale. Il s’agit moins d’aider les gens à évoluer émotionnellement en rapport à des conflits psychologiques récurrents tels que des échecs amoureux, des conflits avec l’autorité, une dépression nerveuse et/ou obtenir un avis sur des capacités parentales…, etc.. Plutôt, les gens cherchent à recevoir des conseils de la part d’une personne compétente sur des difficultés précises dans leur vie. Ces derniers ayant fait l’objet d’une évaluation psycholégale et/ou encore d’un jugement de la Cour.

 

Le parcours thérapeutique du coaching est d’abord de prendre conscience des enjeux de la Cour, et des jugements et de comment la personne qui demande le service d’aide est en mesure de s’adapter aux demandes de changements qui lui sont exigés. Ceci sans perdre son identité personnelle, ce qu’il pense et croit juste à ses yeux. Positions qui ne correspondent pas nécessairement à la compréhension du Juge de la Cour Supérieure (causes familiales) et où au Tribunal de la Jeunesse de la part du Juge et des intervenants (es) du DPJ.

 

Pour ce genre de service, il est demandé de fournir les documents légaux et souvent d’avoir une communication avec l’avocat au dossier s’il y a lieu du moins au début du service du coaching. Qui plus est, dans ce type de service, il est entendu qu’il est possible de produire un rapport d’évolution pour la Cour, voire un témoignage sur demande.